Projet CAMALOTE

Élaboration participative d’un système de traitement écologique des eaux usées, Tigre, Argentine.
Situé au nord de Buenos-Aires, aux abords du delta du fleuve Parana, le quartier « la Victoria » est un quartier spontané composé de 36 habitations.

Les familles occupent des terrains vacants dont elles ont obtenu les titres de propriété après s’être constituées en association civile et avoir mené une lutte juridique.

Ainsi, de nombreuses familles ont commencé à s’installer et à construire leurs logements, de manière plus ou moins pérenne.

Sans réseau d’assainissement, les familles prennent en général l’option de creuser une simple fosse, très rarement étanche pour leurs eaux usées. En raison des fréquentes inondations, ces fosses déversent régulièrement leur contenu et participent directement à des phénomènes de pollution et de contamination sanitaire des sols et des nappes phréatiques affleurantes.

Description du projet
Ce projet propose de travailler avec les familles du quartier pour coupler des systèmes de traitement individuels des eaux usées à l’échelle des ménages, à un système collectif de type lagunage.

Il s’agirait donc premièrement d’installer chez les familles deux circuits séparés pour éviter les phénomènes de saturation :

– un circuit de traitement des eaux “grises” (eaux usées faiblement polluées), c’est à dire les eaux provenant des éviers, lavabos et douches, prenant la forme de “pièges à graisse”.

– un circuit de traitement des eaux “noires”, provenant elles des toilettes, prenant la forme de fosses septiques étanches en plastique.

A travers une action bactériologique anaérobique, c’est à dire sans contact avec l’air, ces dispositifs réalisent à eux seuls déjà près de 80% du traitement.

Ensuite, ces différents systèmes individuels seraient connectés à un système collectif de phyto-épuration de type lagunage. Les eaux prétraitées seraient amenées à circuler à travers un ensemble semi-naturel, basé sur la zone humide existante, où elles seraient filtrées par différents éléments minéraux (pierres, graviers, sables) et végétaux. Ce dispositif aurait pour fonction de réaliser les 20% restants du traitement.

En parallèle, un système de captage et de drainage des eaux pluviales serait également installé dans le quartier, afin de les orienter en bout du circuit de lagunage. Ceci permettant également d’éviter une saturation du système de traitement.

Les systèmes écologiques pour le traitement des eaux usées ne sont que très peu utilisés en Agrentine. Ce projet permettra donc d’expérimenter et de développer ce dispositif innovant mais aussi de sensibiliser les habitants sur l’impact de leurs pratiques sur le milieu naturel.

bénéficiaires associés 

Cette initiative cherche à associer les familles bénéficiaires depuis l’élaboration du système, jusqu’à son entretien en passant par sa construction.

Premièrement, des séances de travail avec les familles seront organisées pour leur faire connaître les intérêts d’une telle démarche, notamment en termes d’impact sur la santé au sein du quartier. A partir de ces séances, l’idée est d’identifier celles qui seraient volontaires pour participer au lancement du projet, afin de lancer une dynamique de travail.

Les familles seraient ensuite associées à la réalisation et à la pose des différents éléments, mais également à leur entretien, pour pouvoir par la suite être autonomes dans la gestion de ces équipements.

Actualités du projet

Entre septembre et décembre 2020, les deux premières phases du projet ont pu être menées par les membres d’Otromodo, grâce au soutien apporté par SEED en termes de gestion de projet et de recherche de financements depuis la France.

La phase préalable de septembre à octobre 2020 a eu pour but de présenter le projet, ses objectifs et son intérêt, aux familles.

Sept sessions d’informations sur la gestion des eaux et l’assainissement ainsi que des enquêtes concernant les habitudes des familles ont été réalisées auprès des ménages du quartier. Le projet a reçu un accueil très positif, avec une majorité de familles souhaitant y prendre part de manière volontaire.

La phase 1, entre novembre et décembre, a consisté en l’installation participative par les membres d’Otromodo et les familles bénéficiaires, de 6 systèmes individuels de traitement des eaux usées, séparant eaux noires et eaux grises, chez six familles pilotes.
Nos partenaires locaux

Otromodo est une association de travailleurs qui promeut l’auto-construction écologique et solidaire depuis 2008.

– Écologique, car les constructions réalisées sont faites de matériaux destinés à préserver l’environnement et la santé de leurs habitants
– Solidaire, car cette association se base sur un système d’aide mutuelle de ses membres et elle a pour mandat de soutenir les populations aux revenus peu élevés, pour qui ces techniques constructives constituent une réelle solution pour améliorer leurs conditions de vie.

En parallèle de ces activités d’auto-construction, les membres de l’association ont élaboré un système de traitement des eaux usées écologique à l’échelle du logement. Après avoir mis en place et testé plusieurs de ces ouvrages, Otromodo souhaiterait appliquer ce système à l’échelle d’un quartier. C’est sur ce point que l‘association SEED viendra en appui à Otromodo à travers ses expériences et connaissance en urbanisme.

Association civile « La Victoria »

Cette association comprend la majorité des 36 familles composant le quartier et qui se sont structurées pour mener la lutte juridique leur ayant permis d’obtenir la propriété de leurs terrains. Cette structure sert à l’heure actuelle à gérer la vie quotidienne dans le quartier et à organiser les dynamiques collectives entre les habitants, mais également les relations avec les autorités publiques, notamment municipales.

Partenaires institutionnels et financiers